23.8.07

Dimanche 29 Juillet 2007 - The Barake, Munster (Germany)


Réveil chez André & Marisa, avec un petit déjeuner Pantagruesque... Comme je le disais dans le message précédent, une hospitalité qui fait chaud dans le coeur.
On quitte donc nos deux hôtes, le coeur lourd, en les remerciant avec notre chaleur sudiste que j'affectione tant...Mais le couple nous promet de revenir a notre concert du soir pour nous faire un petit bonjour.

Comme je disais plus haut, une fois n'est pas coutume, le trajet qui sépare Bocholt de Munster est d'une petite centaine de kilomètres. Nous aurions pu dormir jusqu'a 17 heures, mais un bon nombre de personnes de l'équipe souhaite faire un petit crochet vers la Hollande. Il paraitrait que certaines coutumes y sont légales, dans certains pubs.
Vous m'avez compris, amis du brouillard, nous voilà dans un ptit village hollandais, à visiter des coffee shops, où on ne vend pas de café.
A peine mes conduits nasaux, on t-il reniflé l'odeur, que mes jambes se mettèrent à flagéler entrainant ainsi un mal être de rigueur.
On part gouter quelques mets locaux avec dick, dans un autre bar, autrement plus respirable.

Le concert du soir, à lieu dans un foyer étudiant de l'université de Munster, en bordure de rivière. Encore une fois, je regrette de ne pas avoir pris ma cane à pêche...
Aucune affiches dans la ville, aucune au sein de la faculté, simplement deux petites sur les portes de la salle.
Sur place, tout est fermé , pas d'organisateur, pas de public évidemment, et un plan qui s'annonce décidemment pas terrible.
On joue au football, Mato lâche enfin sa gameboy, pour nous sortir quelques jongles de tous les diables...
19h30, Schnabel, et Yaniss, organisateurs, et activistes au sein de City Rat Records arrive enfin s'excusant platement du retard. Malheureusement, ils n'ont pas les clefs qui accède à la salle et commencent à envisager l'annulation.
20h30, un monsieur sorti de nulle part, nous ouvre la salle, et on s'installe en vitesse. Très bon repas, plein à boire, mais aucune promotion, nous jouerons ce soir devant 1 personne, prénommé Bruno.
André & Marisa sont là, apparemment désolé et étonné à la fois qu'il n'y ai personne...
Même un dimanche soir au beau milieu de l'été avec deux groupes français inconnues, il me semble qu'avec un peu de promo, il est possible de faire venir quelques curieux.
On finit la soirée sur place, on dit au revoir, a notre couple préfére de Bocholt en les invitant à venir chez nous passer des vacances...En espérant qu'il en soit ainsi ! video

20.8.07

Samedi 28 Juillet 2007 - FCKW, Bocholt (Germany)


Réveil très matinal. Autant dire que l'heure de sommeil a été courte. Boeuf attaque au volant, on dit au revoir a Brice et BatBat, qui nous souhaite bonne chance pour la suite. En espérant les revoir au plus vite.
Encore une grosse journée de camion, nous traversons, le Luxembourg, et nous voilà déjà sur les routes allemandes, si différentes des nôtres, la conduite allemande est on ne plus respectueuses des consignes de sécurité...
Je verrais pas grand chose du trajet, puisque je dors à l'arrière du camion. Au réveil, nous sommes dans la petite bourgade de Bocholt, sorte de ville dortoir, très agréable, les rues sont calmes et entretenues, un gamin joue au foot avec sa soeur...
Nous sommes accueillis par l'organisateur, Andrea qui semble très soucieux de notre confort.
Le Club FCKW est magnifique, déco rock'n'roll, patron délirant, et des murs qui sont le témoignage d'un endroit qui a hébergé pas mal d'orchestre de punk rock...
On se sent un peu à l'Autan en somme.
Marisa, la compagne d'André, nous a préparé un repas de tous les diables, j'en reviens pas de cet accueil... Un chili Con Carne, methode allemande, a renvoyer Maité au cuisine, un plat de pates aux épices indiennes, fantastique. J'ai faim en tapant les mots sur le clavier.



On monte le merchandising, on fait des balances, et on zguene un peu backstage, et quand Saturn attaque le concert, le club est déjà sacrément rempli.
Le public est très éclectique, du psychobilly, du metalleux, du punk rockeur, tout le monde est uni et semble heureux d'être là.
Les catalans font un chouette concert, entrecoupé d'une panne de courant, les gens commencent à danser et la bonne ambiance est de rigueur.
On attaque ensuite, on arrive sur scène comme le stade toulousain a Cardiff, grosse patate, avec la joie d'être sur place, le final sur Operation Ivy, est grandiose, avec une jeune blonde qui chante très faux et très fort dans mon micro.
Après le concert, un DJ prénommé Jorge, nous donne une leçon de mix, en brassant 30 années de tubes punk rock dans les platines...tout le monde danse, on rencontre et discute avec pas mal de locaux, la fête reprend, on a presque du mal a partir se coucher.
L'accueil pour le dodo chez André & Marisa est toujours impressionnant, ces gens là sont un exemple d'hospitalité.
Je dors dans le camion avec Boeuf. Demain pas trop de route jusqu'a la prochaine date...

16.8.07

Vendredi 27 Juillet 2007 - Le Cable, Epinal (88)

Départ très tôt, la route est sacrément longue. Chacun essaye de trouver la meilleure méthode pour rejoindre les bras de morphée. Tâche qui s'avère être difficile, un peu à l'étroit à 9 dans le camion.
Sur les onzes heures de route qui nous séparent d'Epinal, je conduirais seulement une heure, le temps juste de rencontrer la police locale a 15 minutes de l'arrivée. Du coté de Contréxeville, nos chers agents de la maréchaussée n'apprécient guère nos excès de vitesse. 90 euros, 2 Points.
Arrivée au Bar Le Cable, les copains de Diego Pallavas nous attendent.
BatBat et Brice rencontrés quelques mois plus tôt au festival TLP sont des gens qui fait bon de croiser. Forcément, on ne peut s'empécher de se moquer de leur accent si drôle et déroutant à la fois.
Davos est le tôlier du soir, accompagné par la charmante Charlotte, et son compagnon. Le bar est bien rempli, on appercoit les Flying Donuts, quelques belles crêtes...
Saturn ouvrent le bal, la machine pas encore tout à fait rodé et plein de problèmes techniques pour couronner le tout.
La même option pour nous. Concert un peu galère, mais nous sommes tellement heureux d'être là.
Fin de concert, un militaire sudiste nous paye plein de coups à boire, pour le simple fait que nous venions de toulouse. Changeons rien.
On finit chez la "maman" BatBat, dans le local des Skuds, des No-Milk, et maintenant donc des Diego Pallavas. Merde alors, je suis comme un gamin devant toutes les affiches des groupes d'antan.
Impossible d'aller se coucher tôt, nous croisons ces gens beaucoup trop rarement pour ne pas profiter de ces moments. Nous passerons donc la nuit à discuter avec les spinaliens. Des crêmes d'amour du nord bon sang.
Dur le lendemain

Jeudi 26 Juillet 2007


Devant le nombre important de kilomètres d'asphalte à avaler, on décide de partir la veille de la première date afin de réduire le trajet.
Embarquement donc, dans notre gros camion de location qui va devenir notre nouvel appartement pour la grosse quinzaine qui va suivre.
C'est la ville de Sète qui sera notre premier arrêt, où nous rejoignons Rasta (Basse, Saturn), et notre copain Karim (Sequoia) venu nous souhaiter bonne chance.
La bande est au complet, on a plaisir à se retrouver. Pour compléter l'équipe, nous sommes assisté pour l'ensemble de la tournée, par Boeuf, mon accolyte de chez No Control, qui sera Tour manager, roi de la route, merch guy, backliner, comptable et parrain de l'aventure.
Petite virée au bar du vieux port et dodo pour tout le monde chez Lio (guitare, Saturn).
Les présentations sont faites.